Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Sophie Mouton

Médiation culturelle et valorisation du patrimoine

vendredi 31 octobre 2008

Assistante qualifiée de conservation du patrimoine et des bibliothèques

Bonne nouvelle aujourd'hui, sur le site du CNFPT :  je suis admise au concours d'assistant qualifié de conservation du patrimoine, vous trouverez mon nom dans la catégorie "musées" !

Mais qu'est-ce qu'un AQCPB (pour les intimes) ?

Les membres du cadre d’emplois sont affectés, en fonction de leur formation, dans un service ou établissement correspondant à l’une des spécialités suivantes de la conservation :

  • Musée
  • Bibliothèque,
  • Archives,
  • Documentation.

Les assistants qualifiés de conservation exerçant sous l’autorité d’un supérieur hiérarchique des responsabilités techniques supérieures. Ils ont des responsabilités particulières dans le traitement, la mise en valeur, la conservation des collections, la recherche documentaire et la promotion de la lecture publique. Ils peuvent être nommés aux emplois de direction des services ou des établissements qui ne sont pas réservés à des fonctionnaires appartenant à des cadres d’emplois culturels de catégorie A.

lundi 7 janvier 2008

Plein de bonheur pour 2008

2008 Plein de bonheur pour cette nouvelle année Sophie

Pour 2008, plein de billets en perspective : les lunetiers sur les façades de Morez, le patrimoine industriel dans les programmes scolaires, Heinz factory, Pittsburgh capitale industrielle du début du XXe siècle, etc.

vendredi 5 octobre 2007

Valoriser le patrimoine industriel du Haut-Jura au Musée de la Lunette de Morez !

Dans quelques jours j'aurai quitté le grand Ouest et son industrie lourde, ses chantiers navals, son architecture portuaire pour le Jura et la petite ville de Morez. Je suis en effet chargée de la médiation culturelle au Musée de la lunette, musée de France qui a ouvert ses portes en 2003. Mais pourquoi la lunette à Morez?

Au XVIe siècle des ateliers s'implantent sur les bords de la Bienne au lieu-dit de la Combe Noire, utilisant l'énergie hydraulique. La famille Morel serait la première à s'y installer, elle laissera son nom à la ville de Morez. Morez va se développer au XVIIIe siècle du fait notamment de sa proximité avec la Suisse, en produisant des horloges et des clous. En 1796 un cloutier, Hyacinthe Caseaux a une idée: il utilise du fil de métal pour fabriquer des bésicles. C'est le début de la lunetterie morézienne, qui connaît son essor au milieu du XIXe siècle.

Morez, qui compte quelques 6000 habitants aujourd'hui, est donc pétrie d'histoire industrielle. Le musée de la Lunette a été conçu en collaboration avec les Musées des Techniques et Cultures Comtoises pour valoriser cette identité industrielle, pour développer un tourisme économique par l'aménagement culturel d'un territoire enclavé en fond de vallée.

Le musée de la Lunette appartient à un ensemble dédié à l'activité lunetière: Viseum. Il côtoie le syndicat professionnel de la lunetterie, un espace de recherche et développement et un magasin d'optique.

L'exposition permanente est divisée en plusieurs séquences. Le parcours débute par l'histoire locale et la mise en valeur des premiers savoir-faire: clouterie, horlogerie, émaillerie. Puis on évoque l'histoire des techniques en détaillant les différentes étapes de fabrication des lunettes en métal. Une place importante est faite à l'histoire sociale: des premiers paysans pluri-actifs aux immigrés du XXe siècle, qui sont les gens de la lunetterie? À l'étage est exposée une impressionnante collection d'arts décoratifs: des lunettes comme élément de parure et de représentation sociale. Enfin le musée aborde également l'histoire des sciences, en proposant de nombreuses manips': pourquoi porte-t-on des lunettes? Le musée programme en outre des expositions temporaires. A l'affiche en ce moment: "Visions du monde. Explorer, mesurer et cartographier le ciel".

Je vais beaucoup apprendre au sein de cette petite structure !

Pour en savoir plus sur l'industrie morézienne

  • Olivier, Jean-Marc, Des clous, des horloges, des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (1780 - 1914), 2004, ISBN 978-2735504800.

- page 1 de 2